La Guinée équatoriale se prépare pour une nouvelle ère pétrolière

20/10/2019

La politique de «forage» aboutira bientôt à un nouvel ensemble de titulaires de licences que le gouvernement espère voir stimuler l’industrie pétrolière du pays.

La Guinée équatoriale attribuera le mois prochain les offres pour les 27 licences de pétrole et de gaz,qu'elle espère qu’ils pourront aider à stopper la baisse de la production et à stimuler les recettes d’exportation.

Les offres ont été clôturées le 27 septembre dernier pour les 27 blocs, 25 pour l’exploration et 2 pour l’évaluation et le développement, et les gagnants seront annoncés le 27 novembre après les tournées au Cap, San Antonio, Londres, Beijing et la capitale de la Guinée équatoriale, Malabo.

Les roadshows chinois auraient attiré l’attention de nombreuses entreprises chinoises, notamment Sinochem, China Gas, Beijing Gas, PetroChina, Sinoenergy et CNOOC.

Percer ou relâcher

Le cycle de licences suit une ligne gouvernementale plus dure sur le manque relatif d’exploration par les compagnies pétrolières internationales (COI). La licence d’Ophir Energy pour le Bloc R, désormais renommé EG-27 et l’un des deux blocs d’évaluation et de développement, a expiré fin 2018 et n’a pas été renouvelée.

Le Ministre des mines et des hydrocarbures, Gabriel Mbaga Obiang Lima, avait averti en février dernier, que le gouvernement pourrait refuser d’accorder des licences à des compagnies énergétiques étrangères à moins qu’elles n’investissent collectivement 2 milliards de dollars en Guinée équatoriale.

Les problèmes de corruption et de transparence posent des risques opérationnels continus pour les investissements étrangers dans le secteur en amont.
«Je suis très heureux de dire que nous comptons sur la coopération de nombreuses entreprises en Guinée équatoriale et que nous avons atteint le minimum de 2 milliards de dollars cette année», a déclaré le ministre à CNBC Afrique. Les exportations de pétrole du pays avaient chuté de plus de la moitié entre 2014 et 2018 (tableau 2.5 Bulletin statistique annuel de l’OPEP 2019).

Notre politique a été de forer ou de laisser tomber, ce qui signifie que nous avons compris que pendant deux ans il y a eu des difficultés économiques pour tous en raison de la baisse du prix du pétrole.

Mais cette situation a changé, et maintenant ils n’ont plus d’excuse pour ne pas investir, et la meilleure façon d’investir est de forer. Nous ne voulons pas que les entreprises s’asseyent dans les blocs, nous avons donc été très clairs : ou bien elles perforent ou renvoient les blocs «.

La filiale d’Exxon Mobil en Guinée équatoriale, Mobil Guinée équatoriale (MEGI), est le plus grand producteur de pétrole de Guinée équatoriale. MEGI détient 71 pour cent du Bloc B, situé en haute mer au nord-ouest de l’île de Bioko, qui opère en partenariat avec le GEPetrol (23,75 pour cent des parties prenantes) et le gouvernement (5 pour cent).

Exxon Mobil a produit en moyenne 27000 bl/d en 2018, soit moins de 34000 b/d en 2015, tandis que d’autres opérateurs étrangers remarquables en Guinée équatoriale comprennent Marathon et Noble Energy.

Bien qu’il s’agisse d’un petit acteur, le secteur pétrolier du pays dispose de quelques atouts, y compris des conditions de licence favorables, selon un rapport de Fitch Solutions à la mi-2019. L’impôt sur les bénéfices des entreprises est prélevé à 35 %, tandis que les redevances en amont ne sont pas inférieures à 13 %, augmentant en fonction des taux de production journaliers.

«En tant que destination potentielle pour les investissements étrangers lors du dernier cycle de licences, la Guinée équatoriale bénéficiera d’un potentiel souterrain éprouvé, une infrastructure existante importante à l’étranger, qui peut potentiellement réduire les coûts de développement en offrant la possibilité de nouer des liens, de redévelopper et d’utiliser l’infrastructure intermédiaire, et aussi un panorama concurrentiel établi ”, a déclaré Richard Taylor, Analyste du pétrole et du gaz de Fitch Solutions.

La production de pétrole est tombée à 114000 bl/d au deuxième trimestre de 2019, selon le rapport mensuel du marché pétrolier de l’OPEP en octobre. Cela est comparé à la production moyenne de 120000 bl/d en 2018. En comparaison, la production a atteint son maximum en 2004 avec 322000 bl/d.

Entre-temps, les réserves prouvées de la Guinée équatoriale ont été réduites à 1,1 milliard de barils, contre 1,71 milliard de barils en 2013, là encore selon l’OPEP.

Source : Guinea infomarket


Commentaires (0)
contact@laotravoz.info