La Guinée équatoriale mise sur l’éradication de la corruption

27/08/2020

La gendarmerie nationale a démantelé deux bandes accusées de falsification de documents, elle a également arrêté un homme accusé d’escroquerie à plusieurs citoyens.

À la suite de l’affaire de détournement de fonds à la Trésorerie générale de l’État, le Ministère de la sécurité par l’intermédiaire de la Gendarmerie nationale a de nouveau démantelé plusieurs clans de corruption composés d’Équato-Guinéens.

Ces derniers jours, on a appris que cet organe avait finalement arrêté deux Équato-Guinéens à la suite d’une plainte déposée par la société GEPETROL, les deux citoyens auraient détourné de la société de grandes sommes d’argent.

Les accusés sont connus sous les noms d’Apollonius Mbaga NGUEMA, 32 ans, et de Pierre Obama, 35 ans. Ce dernier, selon l’enquête, est considéré comme l’architecte de cette opération.

Les indics ont été poursuivis le lundi 24 août, la police estime que les deux prétendus bandits auraient détourné vers l’entreprise un peu plus de 100 millions de francs Cefas, par une opération de falsification de notes de recettes provenant des recettes qu’ils percevaient quotidiennement dans les opérations de la signature. "L’argent, nous le retirions pour les ventes, si nous obtenions un million par exemple, nous en recevions la moitié et nous en faisions l’autre", a admis l’un des accusés.

Au cours de l’enquête, la police judiciaire a retenu trois tronçonneuses, un véhicule et un terrain de plusieurs mètres carrés achetés avec ces fonds.

Toutefois, l’une des dernières opérations effectuées ces derniers jours par la gendarmerie nationale a été le démantèlement d’un réseau de "criminels" présumés inclus dans une association qui se livrait également à la falsification de documents, dans les institutions publiques et privées.

Selon les données révélées lors de l’enquête, la bande opérait depuis longtemps et son principal mode opératoire "consistait à inverser les concepts de paiements déjà encaissés et à falsifier les signatures des hautes autorités de l’État en prélevant indûment d’énormes sommes d’argent"Ça clarifie le rapport.

Les meneurs de l’opération n’ont pas nié les faits. Lors de ces opérations frauduleuses, ils ont obtenu des licences d’aides médicales d’une valeur de 60 millions F.Cfa de francs CFA, une fausse délivrance de 31 millions F.Cfa et une autre de 32 millions F. Actuellement, la police suit les traces d’autres livres évalués à plus de 50 millions F.Cfa

Les agents ont réussi à saisir tous les biens que les prétendus pilleurs ont achetés avec les fonds volés.

La police judiciaire est également saisie du cas de Bonifacio Bayeme, accusé d’avoir escroqué plus de 200 citoyens équato-guinéens. Selon les données fournies par la police, l’homme aurait facturé un peu plus de 6 millions de dollars à toutes ses victimes, leur promettant des emplois dans la compagnie pétrolière Marathon LTD.

Selon les enquêtes de la Gendarmerie nationale, dans tous ces cas révélés cette semaine, les personnes impliquées bénéficiaient de l’appui de plusieurs fonctionnaires de l’administration publique, c'est pour laquelle les enquêteurs maintiennent les affaires en cours.

Source : ahoraeg.com


Commentaires (0)
contact@laotravoz.info