Hydrocarbures : La Guinée équatoriale s’attend à 1 milliard de dollars d’IDE en 2021

17/12/2020

Après une année 2020 marquée par la pandémie de coronavirus et son impact sur l'économie mondiale, la Guinée équatoriale s’attend à une reprise en 2021, prévoyant d’attirer des investissements directs étrangers (IDE) de plus de 1 milliard de dollars dans son très stratégique secteur des hydrocarbures.

En 2021, la Guinée équatoriale s'attend à une reprise de l'activité économique et particulière de celle de l'exploration pétrolière et gazière et prévoit ainsi d'attirer plus de 1,1 milliard de dollars d'investissements directs étrangers dans les hydrocarbures au cours de la prochaine année. « La Guinée équatoriale reste déterminée à fournir un environnement propice aux entreprises pour qu'elles puissent opérer dans le pays dans les bons et les mauvais moments. Nous continuerons à dialoguer avec tous les opérateurs pour nous assurer que les meilleures mesures sont prises pour soutenir la reprise des activités en amont », a déclaré Gabriel Mbaga Obiang Lima, ministre des Mines et des Hydrocarbures.

Ces pronostiques sont établis à l'issue de travaux dirigés par ce ministère pour l'établissement de la feuille de route 2021, sur le plan budgétaire et des actions à mener. Pour ramener toute cette manne financière prévisionnelle, le département ministériel de Mbaga Obiang entend promouvoir les projets et opportunités auprès des investisseurs internationaux. Difficile pour l'instant de savoir en quoi consisteront concrètement ces actions de promotion, mais le pays prévoit en plus d'accélérer la construction de plusieurs infrastructures pour susciter davantage d'engouement des investisseurs. Il s'agit notamment de raffineries modulaires et d'unités de fabrication à base de gaz.

L'année 2020 sur le plan international a été difficile en raison de la pandémie de Covid-19. Les prix du pétrole, à titre d'exemple, ont chuté de plus de 50%, mettant considérablement à la mal les économies africaines fortement dépendantes de l'exploitation de l'or noir comme la Guinée Equatoriale. Ici, les hydrocarbures représentent 97% des exportations.

Malgré la crise, ce pays d'Afrique centrale a tout de même pu intéresser quelques partenariats importants comme celui qui le lie à la Russie depuis octobre dernier. La Russian Geological Exploration Holding (Rosgeo) mène depuis lors des travaux d'un projet de cartographie géologique dans le Rio Muni, considérée comme l'une des zones les plus prometteuses du pays en matière de pétrole et gaz notamment. Bien que désormais contraint à la diversification économique, la Guinée Equatoriale mise toujours considérablement sur le secteur des hydrocarbures pour relever la barre de sa croissance de son PIB, qui peine à sortir du rouge.

La Tribune Afrique


Commentaires (0)
contact@laotravoz.info