Guinée équatoriale : 35ème Session du Comité Intergouvernemental des Hauts Fonctionnaires et d’Experts d’Afrique Centrale

18/09/2019

Transformations numériques et diversification économique en Afrique centrale : enjeux, défis et opportunités
LUNDI, SEPTEMBRE 23, 2019–VENDREDI, SEPTEMBRE 27, 2019
Malabo, Guinée Equatoriale (À confirmer)
A propos de la session

Cette session du CIE sera une contribution à l’opérationnalisation du Consensus de Douala adopté lors de la 33ème session du CIE qui s’est tenue au Cameroun en septembre 2017 et de la 34eme session du CIE tenue à Ndjamena en septembre 2018, portant sur le financement de l’industrialisation en Afrique centrale.

Objective

L’objectif principal de la trente-cinquième session du CIE est d’examiner les voies et moyens de mieux prendre en compte l’économie numérique dans les stratégies de diversification économique de la sous-région afin d’en accélérer la transformation structurelle et de fédérer les efforts de l’ensemble des réalisations des pays d’Afrique centrale en matière du numérique, ce pour mettre en place un écosystème numérique intégré.

Les objectifs spécifiques de la session sont les suivants :

 Dresser un état des lieux de l’économie numérique dans chaque pays de la sous-région ;
 Sensibiliser sur les opportunités d’intégrer l’économie numérique dans les stratégies de diversification économique de la sous-région ;
 Mettre en exergue les atouts de l’économie numérique de la sous-région, y compris les innovations des startups ;
 Identifier les opportunités et défis pour la mise en place d’un écosystème numérique pertinent et durable au niveau sous-régional ;
 Formuler des recommandations pour renforcer l’économie numérique dans la sous-région, en prenant compte des opportunités et défis identifiés ;
 Identifier les principales sources de financement des projets de développement de l’économie numérique dans la sous-région ;
 Fédérer les bailleurs au financement des projets de développement de l’économie numérique dans la sous-région.

La session connaîtra la participation d’un large éventail de parties prenantes de haut niveau, dont des responsables gouvernementaux et des représentants des principaux organismes régionaux (CUA, CEMAC, CEEAC), du secteur privé de l’économie numérique, des organisations de développement bilatéraux et multilatéraux (BAD, Banque mondiale, etc.), des entités du système des Nations Unies, de la société civile et des universités.

Source : Humanitarian News


Commentaires (0)
contact@laotravoz.info