Diversification de l'économie : La BAD débloque plus de 55 millions d’euros au profit de la Guinée Equatoriale

18/07/2019

55,518 millions d’euros (soit 36,418 milliards de FCFA), est le montant débloqué par la Banque Africaine de développement au profit de la Guinée équatoriale, pour la mise en œuvre du “Projet d’appui au développement des chaînes de valeurs du secteur de la pêche et de l’aquaculture (PASPA)”.

Ce financement de la BAD d’un coût global de 69,968 millions d’euros (soit 45,896 milliards de FCFA), qui s’inscrit dans le cadre du Document stratégie pays (DSP) 2018-2022 va permettre au projet PASPA, élaboré par le Bureau international du travail (BIT), et exécuté à partir de janvier 2020 propose d’augmenter et de valoriser la production de poisson, à travers le développement durable de la pêche industrielle, de la pêche artisanale et de l’aquaculture.

Le projet permettra d’une part d’assurer un meilleur approvisionnement du marché local en poissons, de réduire les
importations et d’exporter vers les pays de la sous-région. Et d’autre part, accroître les revenus et d’améliorer
l’employabilité des jeunes ainsi que l’accès à l’eau potable et à l’assainissement.

Le projet est en droite ligne du Plan stratégique de la pêche 2016-2020, du Programme national de développement économique et social (PNDES 2012-2020) et de la Vision 2020, contribuera ainsi à l’atteinte de trois des cinq priorités stratégiques de la Banque (High5), à savoir « Nourrir l’Afrique », « Industrialiser l’Afrique » et « Améliorer la qualité de vie des Africains ».

Le projet contribuera ainsi à la diversification de l’activité économique, à la création d’emplois à l’amélioration de la sécurité alimentaire et nutritionnelle, avec des retombées positives sur les conditions de vie des populations, grâce à une croissance inclusive.

Le projet prévoit en outre de promouvoir l’émergence d’un secteur privé national performant, d’améliorer l’offre des institutions de formation, pour une meilleure insertion des jeunes notamment par l’auto-emploi. La mise à disposition d’une main d’œuvre qualifiée nationale, capable d’attirer l’investissement direct étranger, permettra d’améliorer la productivité des entreprises du secteur.

Les prévisions tablent sur la mise en marché d’une production additionnelle de plus de 19 000 tonnes de poissons, et la création de cinq cent micro, petites et moyennes entreprises (MPME), l’organisation et la formation de trois cent coopératives/groupements viables et compétitifs. En outre, la création de plus de 15 000 emplois directs et indirects est attendue, dont 70% pour les femmes et les jeunes.

Le projet aura des effets directs et indirects sur la population de la zone d’intervention, estimée à 923.393 habitants, soit 75% de la population totale de la Guinée Equatoriale. Les bénéficiaires du projet sont évalués à 80% de cette population, soit près de 739.000 hommes et femmes dont 277.000 bénéficiaires directs.

Magazine24 & BAD


Commentaires (0)
contact@laotravoz.info